L'influence de l'environnement

 

Chaque individu a un potentiel de capacités mentales à la naissance. Selon l'environnement et la qualité de vie, il pourra atteindre le maximum de ce potentiel ou non.

Influence du milieu socioculturel

Nous observons, en effet, une influence du milieu socioculturel sur les capacités intellectuelles de l'enfant (cf. graphe ci-dessous)

 

Evolution du QI en fonction du milieu social


Les individus dits du type D, ont, par exemple, un QI moyen de 100 s'ils sont élevés dans un environnement appauvri, mais un QI  supérieur à 160 s'ils sont élevés dans un environnement enrichi au maximum.

Nous voyons donc que le cerveau possède la capacité de se développer. En fonction du milieu dans lequel l'enfant évolue, les circuits neuroniques se développent plus ou moins bien. En effet, à la naissance, le câblage des neurones n'est pas terminé. Jusqu'à 4 ans, les liaisons entre les neurones se créent (cf. photo ci-dessous). Passé cet age, et ce jusqu'à l'adolescence, les circuits non utilisés se résorbent.

 Développement du cerveau de l'enfant

La stimulation du cerveau

Ainsi, plus le cerveau est stimulé, plus les liaisons inter neurones persistent. De fait, un enfant exposé à des stimulations intellectuelles sera plus à même d'exploiter ses capacités.

Nous pouvons également citer les études menées sur les vrais jumeaux. Ainsi, deux vrais jumeaux, qui ont donc le même génotype, élevés séparément , n'auront pas le même phénotype en fonction de leur environnement respectif.

La corrélation entre l'intelligence des vrais jumeaux est de :

  • 0.86 s'ils sont élevés ensemble,
  • 0.72 s'ils sont élevés séparément.

Parmi les stimulation qui permettent de développer ses capacités intellectuelles, on dénombre :

  • L'école: La scolarisation, en permettant à l'enfant de développer ses capacités cognitives, fait augmenter son QI de façon significative (cf. graphe ci dessous).

Le QI en fonction de la classe

 

  • «L'effet Mozart»: Selon une étude réalisée en 1993 par l'Université de Californie, les enfants exposés pendant dix minutes à de la musique classique verraient leur QI augmenter de 8 points, alors que les autres individus du même âge ne gagnent que 4 points. Cependant, les détracteurs de cette théorie affirment que les meilleurs résultats seraient dus à l'état de relaxation lié à l'écoute de la musique.
  • De la même manière, une personne ayant plusieurs langues maternelles aura plus de facilités à en apprendre une autre. En effet, son cerveau est ouvert aux sonorités de plusieurs langues, donc s'entraînera rapidement à la pratique de celles-ci. Cela est lié à la stimulation des neurones qui établissent des liaisons entre eux (cf. plus haut)

àL'environnement a un effet conséquent sur les réactions émotionnelles des enfants et leur intelligence.

Les parents d'Arthur Ramiandrisoa, lauréat du bac à onze ans, affirmaient que leur fils n'est pas né surdoué, mais qu'il l'est devenu grâce à la méthode d'éducation qu'ils ont mise au point. L'enfant avait donc un potentiel que ses parents ont aidé à développer et à utiliser.
Interrogé sur la meilleure méthode pour devenir intelligent, le généticien français Albert Jacquard a répondu : "Il est très facile de ne pas devenir intelligent en s'assoupissant dans la passivité des réponses apprises, en renonçant à l'effort de formuler ses propres questions". En un mot, l'intelligence se travaille, se cultive et n'est pas acquise dès la naissance.

 

Influences de l'alimentation, de l'alcool et des drogues

  • Pendant la grossesse : La période prénatale est particulièrement importante dans la mise en place du système nerveux central (cf. dessin). L'alcool, contrairement à certaines toxines, réussit à passer la barrière que forme le placenta et qui protège le fœtus. Contrairement aux adultes, dont le foie transforme ces toxines en produits moins dangereux, le foie du fœtus est immature, et ne peut pas se désintoxiquer de l'alcool aussi facilement. Il en est de même pour la consommation de drogues, de tabac et de café, surtout si la femme enceinte en consomme entre 3 et 6 mois de grossesse (ce qui affecte surtout la mémoire et l'apprentissage du bébé). Ces toxines sont dangereuses pour le bébé, et peuvent entraîner, des lésions aussi bien mentales que physiques. Le syndrome d'alcoolisation fœtale est la 3ème cause de retard mental chez le fœtus. À l'âge préscolaire, les enfants touchés par l'alcoolisation fœtale ont souvent d'importants retards de développement physique et le quotient intellectuel de ces enfants est nettement plus bas que la moyenne (aux environs de 65-70, ce qui est considéré comme synonyme de déficience légère). Ils éprouvent en conséquence de nombreux problèmes d'apprentissage à l'âge scolaire, ainsi que des comportements sociaux anormaux (impulsivité, difficulté à communiquer, mauvaise perception des règles sociales, etc.).

On démontre ainsi que l'environnement, même dans le ventre de la mère, a des effets sur les capacités mentales d'un individu.

 Le cerveau du foetus

 

  • Après la naissance: Une alimentation équilibrée agit favorablement sur le développement du cerveau lors de la jeunesse et contribue à sa bonne forme toute la vie. Les toxines contenues dans le tabac, l'alcool et les drogues sont libérées dans le système nerveux et le dérèglent. Ainsi, elles entachent la capacité à devenir intelligent et à cultiver son potentiel. Une expérience scientifique anglaise a montré que des jeunes filles végétaliennes carencées en protéines avaient un QI inférieur à celles qui ne l'étaient pas. Un bon équilibre alimentaire est par conséquent essentiel au maintien des capacités cérébrales, et des carences peuvent entraîner des déficiences mentales.

 

Chaque individu a un potentiel de capacités mentales à la naissance. Selon l'environnement et la qualité de vie, il pourra atteindre le maximum de ce potentiel ou non.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

__BM__